Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Sombrun

Présentation de la commune

De Maubourguet, prenons la direction nord-ouest pour découvrir la commune de Sombrun. Sombrun, c'est le « sommet brun ». Expression qu'on peut interpréter dans le sens de colline sombre, destinée à impressionner l'ennemi à l'époque médiévale. Une motte castral défensive, à proximité de l'église, conforte cette hypothèse (à droite sur la photo ci-dessus). Plusieurs découvertes archéologiques ont été effectuées sur le territoire communal. Une belle hache en bronze de 16 centimètres est estimée à 1500-1200 avant J.-C (collections du musée Massey de Tarbes). Des monnaies et autres objets de l'époque romaine ont été signalées par l'instituteur au XIXe siècle.

Belles demeures

De belles demeures, discrètes, se laissent deviner. Le château, au bout d'une allée arborée, a été joliment restauré à partir de 1996 afin d'accueillir dans un cadre enchanteur des événements familiaux ou professionnels. A voir aussi, la belle gentilhommière de Louit.

Le château de Sombrun, caché derrière les arbres (photo aérienne ici).

La gentilhommière de Louit à Sombrun.

Patrimoine rural

Le petit patrimoine mérite le coup d'œil. Quatre fontaines de brique, dont trois furent construites à la demande de la population suite à un incendie en 1863, sont originales par leur disposition. La plus imposante est celle de la rue du château, accolée à un lavoir.

Le lavoir

Un petit kiosque à musique a été construit en 1885 au-dessus du ruisseau de la Sède.

Le Maquis

Le 15 juillet 1944 marqua durablement la mémoire des habitants. En ces temps troubles de l'occupation, le Maquis de Sombrun est attaqué par les Allemands. A l'origine de cette attaque se trouve un délateur, qui vient de déserter le maquis (chassé pour vol). Il se rend à la Gestapo de Tarbes pour proposer ses services. Plusieurs soldats SS, solidement armés et accompagnés du traître, encerclent la cabane au milieu des bois et déclenchent de violents combats. Les Résistants eurent 5 tués et 3 prisonniers arrêtés. L'un se pendit dans sa cellule dans la nuit et les deux autres furent torturés puis exécutés dans les bois de Moncaup lors d'une autre opération. Quelques jours plus tard, le 27 juillet, l'agent de liaison du maquis est lui aussi arrêté et abattu à Sombrun. Le traître-déserteur sera arrêté, jugé et fusillé à la Libération. A Sombrun, un petit sentier vous mène en une vingtaine de minutes à la cabane du maquis, dans les bois. Présente à cet endroit, une stèle rappelle cet épisode douloureux.

Autour de la grande place centrale

Le cœur du village composé d'une vaste place ceinturée par l'église, l'école, la mairie, le foyer rural et un cours de tennis, propose une pause à l'ombre des arbres.

Le mairie et, à droite, la stèle de 15 juillet 1944.

Panneau explicatif devant l’école.

L’église, du XIXe siècle, porte la date 1842.

Devant l’église, un émouvant monument aux morts.

Char fleuri devant les tennis.

Bref, la vie se déroule paisiblement à Sombrun, dans un cadre agréable, loin de l’agitation des grandes villes. Mais ici, on n’oublie pas les moment douleureux de l’Histoire.

Les fraises de Sombrun

La fraiserie de Sombrun, depuis sa création dans les années 1960, accueille les familles qui peuvent y cueillir les délicieux fruits rouges. Les fraisiers sont plantés en juillet, et la récolte s'effectue en mai-juin de l’année suivante. La réputation des fraises de Sombrun a largement dépassé les limites du village. Merci à l’ami Christian pour ces photos de fraises qui poussent devant la chaîne des Pyrénées.

Pour en savoir plus sur Sombrun, voici nos autres pages :


L’école

Le lavoir

Plaques commémoratives et la cabane du Maquis

Le Méridien de Greenwich passe à Sombrun !

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

Intérieur de la cabane du Maquis.