Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Saint-Martin

Présentation de la commune

Saint-Martin est situé au sud de Tarbes en direction de Bagnères-de-Bigorre. Les paysans avaient trouvé là des terres bien fertilisées par l’Adour pour s’y établir. D’après les historiens locaux, c’est une ancienne bastide fondée en 1327 mais qui était déjà désertée en 1429. Le château sur motte a complètement disparu.

Près de 500 communes en France portent le nom de Saint-Martin (souvent avec une extension : comme Saint-Martin-du-Var). Seules 4 communes s’appellent Saint-Martin tout simplement : Gers, Bas-Rhin, Meurthe-et-Moselle et Hautes-Pyrénées bien sûr.

Pour en savoir plus sur Saint-Martin, voici nos autres pages :


L’école

La stèle des Combattants de la Résistance du 17 juin 1944

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

Le secteur Hibarette-Saint-Martin était fréquenté par les premiers hommes de la préhistoire. De nombreuses découvertes archéologiques ont été faites dans le secteur. Parmi elles, plusieurs haches en pierre et cette remarquable lampe à graisse datée du néolithique (trouvée par notre ami Jean Barragué dans les années 1985-87).

Bâtiments publics

Saint-Martin s’est embelli pendant les années 2010. La commune est accueillante et les bâtiments publics agréables et fonctionnels.

La mairie, joliment décorée.

L’école récente (2012) avec une belle vue pour les petits écoliers et leurs enseignants.

Aire de jeux devant la salle communale.

Aire de pique-nique devant la salle des fêtes (attenante à la salle communale).

L’église Saint-Martin

L’église est bien sûr dédiée à Saint-Martin (comme 50 communes dans les Hautes-Pyrénées : un record). Elle a été détruite en 1569 par les troupes protestantes, puis à nouveau en 1842 par une terrible tempête. Le bâtiment actuel date de 1850 environ. La paroisse fonctionnait autrefois avec Visker et Loucrup. D’ailleurs Loucrup fête toujours Saint-Martin.

L’église, le panneau d’information et l’ancienne école.

Moulins, lavoirs…

Plusieurs canaux dérivés de l’Adour (Gespe, moulin) permettaient d’alimenter deux moulins à Saint-Martin. Attention toutefois aux possibles débordements des cours d’eau qui ont donné leur surnom aux habitants : « Los hangassèrs » : les boueux.

Ce bâtiment près du canal a des allures d’ancienne scierie (à confirmer).

Dans le quartier de Bastourra, trois lavoirs de plein-air privés sont établis en bordure des prés.

Croix sur le mur de l’église.

Croix des chemins datée de 1924.

Au hasard des rues

Saint-Martin est historiquement un village-rue. Le hameau de Bastourra, en direction de Visker, complétait l’ensemble. Entre les deux, des personnes travaillant en ville mais désirant habiter dans un cadre agréable ont bâti au XXe et XXIe siècle des pavillons résidentiels. La courbe démographique le confirme.

Voici quelques maisons anciennes du village.

Le village fut débaptisé pendant la Révolution et s’appela curieusement « Dagobert » ! Pourquoi ? Puis après la Révolution, on détruisit le château ou plutôt l’ensemble de la bastide qui se trouvait en bordure de l’Adour. Les insignes de l’ancienne bastide sont aujourd’hui sur le blason du village. (Merci à Charles Laurens pour ces précisions).