Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Pouyastruc

Présentation de la commune

Situé sur une éminence de terre entre Tarbes et Trie-sur-Baïse, Pouyastruc tire son nom du gascon poi (= hauteur) et astruc (= bien situé), comme pour Montastruc. Le sobriquet des habitants est « Los topièrs » (les potiers) car la fabrication de vaisselle en terre cuite argileuse était l’artisanat principal de la commune.

La tradition locale rapportant la réunion de deux villages Pouya et Struc, que l’on peut lire ça et là comme sur le panneau des sentiers de randonnées, tiendrait plutôt de la légende.

L’église Saint-Christophe

Pour en savoir plus sur Pouyastruc, voici nos autres pages :


L’école

Le lavoir

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

Autour de la mairie

La mairie, achevée en 1838, abritait autrefois l’école des garçons. C’est l’architecture classique de l’époque pour les bâtiments publics et les belles demeures, notamment avec la présence d’un fronton.

Juste à côté de la mairie, voici l’ancienne poste (la première du village avant la construction d’une autre).

La place centrale avec l’ensemble : monument aux morts-mairie-ancienne poste. A l’arrière-plan, le clocher de l’église apparaît.

Plus discrète, la bascule publique comporte deux éléments : le plateau de bois (qui mériterait une restauration) et le système de mesure gris contre le mur.

Elle porte la date 1776 au-dessus de la porte, date de sa construction à la place d’un édifice plus ancien. En 1791, le clocher est achevé tandis que l’ensemble est grandement remanié en 1857. A l’intérieur, autel avec baldaquin.

Croix joliment travaillée dans le cimetière. Vue panoramique sur les montagnes par beau temps.

Très beau presbytère, à côté de l’église (1869).

Le lavoir communal

Une des fiertés des habitants de Pouyastruc est son lavoir (1848), restauré en 2019. Ce lavoir a perdu de son utilité mais certainement pas de son charme.

Les puits fleuris

Le nombre important de puits fleuris disséminés à travers le village ajoute au pittoresque de la commune.

Puits devant l’ancienne école des filles (1885).

En parcourant les rues du village

L’imposante demeure natale de Jean Bazeillac (1703), devenu un chirurgien réputé parisien sous le nom de Frère Côme.

Services, commerces et associations

On est étonné du nombre de commerçants et d’artisans pour une si petite commune. Cela donne beaucoup d’animation et de dynamisme. La population a quasiment doublé en quelques décennies (depuis 1980) avec la construction de maisons individuelles et l’arrivée de jeunes couples, attirés par le cadre de vie. Pouyastruc donne le sentiment agréable d’une ville à la campagne.

En contrebas du village, voici l’important parc des sports avec gymnase, tennis et le stade de rugby « Jean-Azpiroz ».

L’équipe de l’USP est en réalité la réunion de 27 villages des alentours. L’expression « L’union fait la force » prend ici tout son sens.