Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Momères

Présentation de la commune

Momères, à l’étymologie obscure, se situe à 6 km au sud de Tarbes. C’est un village paisible sur la plaine fertile de l’Adour.

Momères et le couvent. Un couvent très ancien des dames de Fontevrault s’est implanté sur ce territoire dès le XIIe siècle. On pense que les habitations ont suivi. Le couvent, pillé puis incendié en août 1569, a définitivement disparu à la Révolution. On rapporte que les nonnes offraient des miches de pain aux habitants en échange d’une assiduité exemplaire aux offices religieux. Le surnom donné aux habitants : les croque-miches, viendrait de là. Plus légendaire serait l’explication suivante : certains habitants faisaient semblant d’être pieux pour obtenir du pain, on disait qu’ils faisaient des « momeries », ce qui aurait donné le nom au village…

Momères et Bernadette Soubirous. Le village de Momères est lié à la petite bergère et aux apparitions de Lourdes en 1858. Tout d’abord, l’abbé Peyramale curé de Lourdes au moment des apparitions est natif de Momères (le 9 janvier 1811). Ensuite Bernadette elle-même avait de la famille à Momères : son parrain Jean-Marie Védère et sa cousine Jeanne Védère. Le grand-père paternel de Bernadette, Joseph Soubirous, est mort à Momères au moulin le 21 avril 1846. Enfin, Bernadette passa sept semaines à Momères, du 3 octobre au 19 novembre 1864, chez sa cousine Jeanne Védère qui était l’institutrrice du village, avant de partir pour Nevers. On raconte que lors de son séjour à Momères, Bernadette priait quotidiennement, avec ferveur, dans l’église du village.

Quelques trouées entre les maisons laissent apparaître par temps clair la silhouette des hauts sommets pyrénéens, notamment le Pic-du-Midi-de-Bigorre et ses 2877m.

Le village de Momères est plus souvent traversé que visité. Les automobilistes circulant dans le sens Bagnères-Tarbes connaissent surtout Momères pour sa priorité à droite qui peut être piégeuse.

Nous ne connaissons pas le taux de natalité de Momères, mais il est possible d’apercevoir de temps en temps une cigogne faisant une halte.

Bâtiments publics

Voici la mairie. C’est aussi la maison natale de Dominique Peyramale, curé de Lourdes au moment des apparitions.

La salle des fêtes

L’école communale

La maison de santé (dentistes, podologue, kiné, orthophoniste, psychologue)

L’église Saint-Christophe

Voici l’église où priait Bernadette en 1864. C’est une église classique des XVII et XVIIIe siècles.

Plaque apposée sur l’église

Intérieur de l’église (source site de la commune momeres.fr)

Autel de la Vierge à l’enfant

Croix monumentale devant l’église

Le mobilier le plus remarquable de l’église est son autel majeur avec le grand tabernacle. Ce dernier provient du couvent détruit à la Révolution. Il est l’œuvre de Nicolas Liesse, vers 1690. Il a été redoré en 1869 par l’atelier Abadie Frères.

Ce bénitier 1624 provient-il de l’ancien couvent ?

Autres signes religieux

Face à l’église, l’ancien presbytère est devenu une maison pour les associations.

Deuxième croix monumentale dans le village.

La chapelle Saint-Roch est face à l’école (prendre la direction Hibarette).

La chapelle Saint-Roch est face à l’école (prendre la direction Hibarette). Les chapelles dédiées à Saint Roch sont nombreuses dans les Hautes-Pyrénées. Saint Roch, né à Montpellier au XIVe siècle, avait le pouvoir de guérir la peste. En Bigorre, sa dévotion a débuté au XVIIe siècle. On dénombrait 37 chapelles St-Roch dans les Hautes Pyrénées au XVIIIe siècle, environ une vingtaine de nos jours. Elles ont été érigées lors des grandes épidémies de peste entre le XVIe et le XIXe siècle. Le 16 août était autrefois un jour important pour les éleveurs avec la bénédiction du bétail pour la Saint-Roch. On conduisait les animaux, nettoyés et apprêtés, devant une petite chapelle Saint-Roch et le prêtre les bénissait.

Importance de l’eau

Momères a pu se développer et s’enrichir grâce à l’Adour (photo ci-dessus) mais aussi avec la contruction de canaux,notamment ceux de la Gespe et du Moulin.

Le moulin des dames de Momères à Tarbes, peinture de François Lastate, huile sur toile, 1858. Tiré de « Des Moulins et des Canaux » , Musée Massey, Tarbes.

Le moulin de Momères, près du pont.

Le lavoir de Momères, impasse de la Gaou.

Promenade dans le village

Les habitations anciennes de Momères sont de grandes fermes, alignées sagement comme de bons élèves, et dissimulées derrière de hauts murs au portail monumental. Ce patrimoine bâti pourra être mis en valeur lorsque la commune aura la possibilité d’enfouir les fils des réseaux électriques.

Quelquefois, un élément du petit patrimoine rural apparaît.

Pour en savoir plus sur Momères, voici nos autres pages :

L’école


Lien externe :

Le prieuré de Momères

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".