Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Lugagnan

Présentation de la commune

Lugagnan, posé sur un territoire accidenté, tire son nom du domaine antique de Lucanius.

Le lavoir

Le lavoir est situé à l’entrée du village, un peu avant la mairie. Si habituellement les lavoirs sont installés au fond d’un vallon encaissé, ici les lavandières bénéficiaient d’une vue imprenable.

Une voie verte (au centre sur la photo), réservée aux promeneurs, est désormais sur l’emprise de l’ancienne voie ferrée.

3,7 hectares de dépendances

Pour en savoir plus sur Lugagnan, voici nos autres pages :

L’ancienne école

La fresque du Tour de France

L’ancienne gare

La dernière ardoisière du secteur

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

Maison « en so de factur »

Nous sommes à cinq minutes de Lourdes que l’on aperçoit au fond sur ce cliché.

Par temps clair, la vue est dégagée sur les hauts sommets, notamment le Balaïtous (3144 m.)

La mairie

L’église Saint-Saturnin

Tout au bout de la place centrale apparaît le belle petite église au clocher-mur asymétrique. L’église datée de 1724 (inscrit au-dessus de la porte) a été rénovée en 2013.

Saint-Saturnin dans sa niche

Beau portail

Intérieur sobre et dépouillé

La tribune. Toutes les boiseries (XVIIIe) sont remarquables.

Fonts baptismaux, ouverture à deux battants

Vierge à l’enfant en bois doré

Le confessionnal comporte à l’intérieur une surprise : une peinture de Saint-Saturnin vieille de plusieurs siècles (inscrite aux Monuments Historiques). Comme il est inimaginable que le peintre ait exécuté son œuvre dans le confessionnal, c’est sûrement un panneau de bois peint qui a été réemployé comme cloison.

Les vitraux de saints régionaux (Toulouse, Lourdes et Bétharram) sont l’œuvre de l’atelier réputé Mauméjean de Hendaye.

Autour de la place centrale

Le bâti ancien est en grande partie rassemblé autour de la place de la Carrère et son monument au morts central.

Encadrement de porte 1755

Les ardoisières

On trouvait peu d’agriculteurs à Lugagnan sur des terres difficiles mais des ouvriers ardoisiers, métier éreintant. Des traces de cette activité d’extraction subsistent dans le paysage ou sur le blason communal.

Seul le bac de lavage est ancien, les murs et le toit sont récents (2017), de même que les décorations murales qui ajoutent au charme de l’ensemble.

L’ancienne gare

La gare était une halte sur la ligne directe Paris-Pierrefitte (qui a fonctionné de 1871 à 1976).

Le château

Dissimulé derrière l’église et peu visible, voici le château de Lugagnan.

C’est une belle bâtisse du XVIIIe siècle, comprenant 18 pièces (440 m2) dont 6 chambres et 3 salles de bains. On ignore son histoire, peut-être appartenait-il à une riche famille propriétaire d’ardoisières ?

Au hasard des rues

Et pour terminer

Ne quittez pas Lugagnan sans être allé boire un café à l’hôtel des 3 vallées.

Si vous êtes amateur du Tour de France, vous serez épatés par la collection exposée à l’intérieur dans plusieurs pièces de l’hôtel.

Jean-Pierre Souverbielle (à gauche sur la photo), accueillait dans son hôtel les équipes lors de leur venue dans le cols pyrénéens. Les grands champions dormaient dans de genre d’hôtel (Jalabert, Fignon, Indurain…) avant que ce soit dans les hôtels aseptisés des grandes villes. Il en a profité pour accumuler des photos, des maillots et même des bicyclettes.

Le vélo de Fignon.