Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Larreule

LARREULE (toponyme gascon s'appliquant à d'anciens monastères bénédictins, du latin « regula » signifiant « La Règle ») est un village de la plaine de l'Adour établi sur une basse terrasse de  l'Echez. Le territoire communal est habité depuis fort longtemps, on y a en effet trouvé plusieurs vestiges gallo-romains. Larreule est doté d'un riche patrimoine dû à ses origines, patrimoine que l'on retrouve en différents lieux dans le village.

La Mairie-Ecole

Très beau bâtiment avec sa place ombragée. Jules Ferry en personne est venu inaugurer le buste de son ami Eugène Ténot en 1891.

L'église Saint-Orens

Cette église abbatiale fortifiée fut fondée fin du Xe siècle ou début du XIe siècle sur la Via Tolosane vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Le monastère eut à souffrir des guerres de religion mais resta en activité jusqu'en 1740. L´abbatiale romane édifiée aux XIe et XIIe siècles est devenue aujourd'hui l'église paroissiale dédiée à St-Orens et certains anciens bâtiments conventuels comme le grand couvent auraient été reconvertis en maisons privées.

Très beau portail sculpté.

Le clocher fortifié est polygonal, avec six côtés inégaux. Hauteur 20 mètres environ.

Le château de Parabère

A Versailles, la comtesse de Parabère (Marie-Madeleine de Vieuville), fut la favorite du Régent (1715-1723). La liaison était telle qu’un tableau de Santerre, exposé à Versailles, montre Philippe d’Orléans au côté de madame de Parabère, surnommée alors « La Sultane ». Le château de Parabère était si grand que la tradition locale lui attribuait 365 ouvertures.

Le château de Parabère était le fief des comtes de Parabère, mais ne semble pas être antérieur au XVe siècle. Il fut délaissé à partir du XVIIIe siècle, les comtes préférant vivre à la cour de Versailles et à Paris. Les bâtiments claustraux furent détruits au début du XIXe siècle et leurs vestiges dispersés. Malheureusement à ce jour ces restes, bien que visibles, sont minimes et pris par la végétation.

La fontaine Saint-Esselin

La fontaine de Saint-Esselin sur la route de Montségur ou des Escoubous (chemin de St Jacques). Sur la pierre est écrit : « Aci que planti moun bourdou, Se non y a aiguo Diou qué m'y doù. ».


Selon la légende Saint Esselin revenant de pèlerinage de St Jacques de Compostelle fit jaillir l´eau grâce à son bourdon juste avant de mourir et d´être enterré dans l'abbatiale de Larreule où une chapelle lui fut consacrée. Son eau donnait force et guérison au pèlerin qui en faisait la demande, car on lui attribuait des vertus de guérison des maladies de peau et des yeux.


Cette fontaine était un but de nombreuses processions et de dévotion.


Les moulins

Le moulin de Parabère.

Le moulin de Suyeux.

Petit patrimoine rural

Les restes de l'ancien lavoir (photo ci-dessus) et l'ancienne bascule publique en briques (ci-dessous) sont également des lieux bien visibles du patrimoine local.

Promenade architecturale

Les belles et grandes maisons d'habitation sont nombreuses et remarquables. Comme dans beaucoup de village du Val d'Adour, le centre de la façade dans sa partie supérieure est souvent orné d'un ou plusieurs frontons triangulaires avec fenêtre cintrée à un ou deux vantaux. Dans chaque rue, elles attirent inévitablement notre regard ; parmi celles-ci soulignons l'attrait particulier de la maison Penette (belles dépendances extérieures et four à pain à l'intérieur) qui a bénéficié du soutien de la Fondation du Patrimoine.

Les enfants de Larreule

Eugène Ténot, dont la statue trône au centre de la place éponyme où se trouve la mairie. Né le 2 mai 1839 à Larreule, il est d'abord enseignant (Algérie, Paris) puis auteur et journaliste (Le Siècle). Républicain, il est Préfet des Hautes-Pyrénées, nommé par Gambetta après le 4 septembre 1870. Député des Hautes-Pyrénées de 1881 à 1885, il décède à Bordeaux le 9 janvier 1890 et repose au cimetière du village. Le buste original (daté de 1891) n'existe plus. Il a été fondu par les Allemands pendant la seconde Guerre Mondiale. Le célèbre Edmond Desca en était l'auteur. Il a été remplacé en 2011 par une réplique de qualité.


Sachez qu’une nièce d’Eugène Ténot légua à la commune en 1996 une somme équivalente à 900 000 Euros.


Georges Sensever, pilote-aviateur, élève de l'école polytechnique, a également donné son nom à une petite place du village.


Enfin notez que Gustave Bascle-de-Lagreze (1811-1891), Président de la cour d'assise des Hautes-Pyrénées, est également né à Larreule. Il est bien connu des férus d’histoire locale.


Pour en savoir plus sur Larreule, voici nos autres pages :

L’école

Le lavoir

Arbres remarquables

Le buste d’Eugène Ténot

Le Monument aux Morts Sensever


Sachez qu’il existe une Association de sauvegarde et d'animation autour du patrimoine de Larreule et Parabère et un site internet :

Larreule.fr

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".