Lanespède

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Lanespède, au pied de la « rampe de Capvern », tire la première partie de son nom du gascon lana (lande), la deuxième partie, sujette à diverses interprétations, semble dériver du gascon espedada (végétation rase), mais cela reste hypothétique.

Présentation du village

Promenade photographique

Cette petite localité, située sur la rive droite de la vallée de la Lène, est plus souvent traversée que visitée, il faut bien l'admettre. Ses deux centres d’intérêt principaux sont un joli panorama sur les montagnes et un célèbre viaduc ferroviaire, dont nous parlons un peu plus bas sur cette page. Peut-être l’ignorez-vous, la Lène coule discrètement entre deux piles du viaduc (voir la photo ci-contre).

La mairie, ancienne école

Le foyer rural - salle des fêtes, derrière la mairie.

Le viaduc

Lanespède tire surtout sa réputation d'un viaduc ferroviaire renommé, sous lequel circulent quotidiennement des milliers d'automobilistes depuis 1982 avec la création d’une voie express qui fut intégrée en 1989 à l'autoroute A64. Le viaduc de Lanespède, ouvrage d'art conçu pour faire circuler le train entre Tarbes et Lannemezan, est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1984.

Son histoire mérite d'être racontée. Les études préliminaires étaient terminées en 1863, puis il fallut procéder à l'acquisition des terrains (sur les territoires de Lanespède, Bégole et Péré). L'expropriation par voie judiciaire dut être employée. Le viaduc, commencé le 8 mai 1865, est achevé le 1er avril 1867. Le premier train ne circula sur le viaduc qu'en 1869, mais il transportait l'Empereur Napoléon III qui se rendait au camp militaire de Lannemezan. Pendant les travaux de 1865 à 1867, le petit village de Lanespède a été envahi par une armée de travailleurs et leurs familles. Tous les habitants furent réquisitionnés, soit pour fournir un logement, soit pour distribuer des vivres. Tout était occupé : les caves, les greniers, les fournils. Le recensement de 1866 signale plus de 500 personnes étrangères à la commune. Evidemment, cet accroissement de population ne fut pas sans quelques désagréments : le vin et autres boissons produisaient leurs effets sur une partie des travailleurs. Le Maire de l'époque, Monsieur Marmouget, était là pour rétablir l'autorité et ses compétences furent unanimement reconnues. Il n'y eut aucun accident majeur pendant les travaux, ce qui assez rare pour être signalé. Pour remercier les habitants de Lanespède et d'Ozon, une petite gare fut installée à la " Laquette ". Et si tous se réjouissaient des commodités du chemin de fer pour se rendre aux marchés de Tarbes ou de Lannemezan, certains déploraient le bruit des locomotives et les prélèvements importants d'eau sur l'Arros pour faire fonctionner les machines à vapeur. Les briques qui ont servi à la construction du viaduc étaient fabriquées sur place et dans les environs (surtout à Orignac) avec l'argile dont le sol est largement pourvu. Le viaduc, d'une longueur de 200 mètres pour une hauteur de 35 mètres, compte 20 arches. Un entrepreneur qui a conduit des travaux importants sur la même ligne traitait le viaduc de « vieille coquette qui montre ses cheveux blancs » à cause des taches que la chaux a laissées en s'étirant sur la brique.

L’église

L’église Saint-Pierre, de conception classique, possède un clocher du XIXe siècle à flèche élancée.

Son intérieur est très bien entretenu. En 2020, M. le maire Paul-Joseph Espurt et son épouse ont gratté le mur en plâtre derrière l’autel pour faire apparaître les pierres. C’est une réussite.

A cette occasion, une niche « renaissance » est apparue. Ce doit être une pierre en réemploi de l’ancienne église.

Sur la droite, un autel est consacré à Notre-Dame-de-Lourdes.

Au fond est conservé le vieux corbillard qui laisse couler quelques larmes.

Lanespède et les transports

Lanespède est traversé par une autoroute, une voie ferrée et une route départementale, la D817. Cette dernière, autrefois route nationale 117, était très fréquentée avant la création de l’autoroute. C’est pourquoi on trouvait à Lanespède le Relais de Bigorrre où automobilistes et camionneurs faisaient une halte. Désormais la D817 est beaucoup moins fréquentée et le relais a fermé.

Le château

On trouve le château de Lanespède à droite en arrivant au village, en venant de Tournay. Il apparaît au bout d’une belle allée arborée. L’ancien château a brûlé à la Révolution et on construisit celui-ci en remplacement. On raconte que Diane d’Andoins, la belle Corisande, maîtresse favorite d’Henri IV, vécut dans l’ancien château.

Oratoire dédié à Saint-Roch, protecteur des troupeaux.

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

Pour en savoir plus sur Lanespède, voici nos autres pages :


L’ancienne école

Le viaduc, histoire et photos anciennes

Jean-Pierre Estrade, instituteur à Loucrup et à Lanespède