Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Izaourt

Présentation de la commune

Petite commune de la Barousse et limitrophe de la Haute-Garonne, Izaourt possède une étymologie obscure (on évoque une divinité locale sans certitude). Les paysans d’autrefois profitaient d’une terre fertile et facile à exploiter sur des terres relatives plates, abritées par des petits coteaux qui les protégeaient du vent. De nombreuses trouvailles archéologiques sur le territoire communal prouvent une occupation ancienne : urnes, amphores, vases, poteries, hache de bronze, stèle funéraire…

Promenade dans le village

Pour en savoir plus sur Izaourt, voici nos autres pages :


Les lavoirs

L’école

L’arbre de la Victoire

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

La mairie-école, en bordure de l’Ourse, a été construite en 1893.

L’Ourse est un affluent de la Garonne qu’elle rejoint un peu plus loin, du côté de Loures-Barousse. Elle a donné son sobriquet aux habitants d’Izaourt : les cabilatayrès (= pêcheurs de chabots), nom souvent donné aux habitants qui vivent à côté d’un cours d’eau poissonneux.

L’église

L’église Saint-Laurent est assez récente. Elle a été bâtie en 1873 sur la place dite du moulin.

Elle a la particularité de possèder au-dessus de son portail, une stèle funéraire gallo-romaine que l’on date du IIe siècle. Cette pierre sculptée provient de la démolition de l’ancienne église et avait été découverte, dit-on, au pied de la montagne au quartier La Peyre.

Plan agrandi. La stèle mesure 1m03 x 0.67 et représente deux bustes.

A gauche de l’entrée de l’église, un monument aux morts moderne (auteure Gloria Corona en 2013).

Parmi les nombreuses sculptures de l’église, l’une est beaucoup plus ancienne que les autres. C’est une statue de la Vierge à l’enfant en bois doré du XIVe siècle (photo ministère de la culture). A voir aussi les beaux vitraux XIXe siècle qui représentent de nombreux saints : Pierre, Laurent, Jean l’Evangéliste, Paul, Joseph, Marc.

Autres signes religieux dans le village

Croix métallique sur son socle de pierre.

Beau calvaire derrière l’église.

Vierge dans sa niche.

Le lieu de mémoire

A droite de l’église, l’autre lieu incontournable du village est le lieu de mémoire d’Izaourt. Toujours ouvert et gratuit, il a été inauguré en 2018 (voir notre lien en bas de page pour en savoir plus). Les habitants d’Izaourt se sont toujours intéressés à l’histoire : sachez qu’au XIXe siècle, pas moins de 12 colporteurs de livres et gravures, originaires d’Izaourt, parcouraient la France entière pour vendre leurs ouvrages !

Les canaux

Les canaux agrémentent la commune. Ils ont été créés au départ pour alimenter deux usines, une scierie et un moulin.

Le moulin derrière l’église.

Lavoir sur le canal.

Les carrières

En général, on n’aime pas trop avoir des carrières près de chez soi pour la pollution visuelle et quelquefois le bruit. Il faut reconnaître que les carrières sont aussi une source de revenus et d’emplois pour une commune. Au centre d’Izaourt, on ne les voit pas.

Les carrières de chaux d’Izaourt sont réputées. Ici une photo prise au quartier Castans.

Amédée Fontan

Le docteur Amédée Fontan (1802-1863), natif d'Izaourt est un des précurseurs du thermalisme. Il contribua au succès des thermes de Luchon. Sa statue a été détruite en 1943 par les Allemands (récupération des métaux). Il n’en reste plus que le socle. Quand la commune d’Izaourt en aura les moyens et l’envie, elle pourra éventuellement faire comme la commune de Larreule (65), qui a subi le même sort pour son buste d’Eugène Ténot : faire réaliser une copie et ainsi tourner cette page sombre de l’histoire.

Le pont sur l’Ourse pendant les chaleurs estivales.