Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Horgues

Présentation de la commune

Situé sur la rive gauche de l’Adour, Horgues est un village de plaine à 5 km au sud de Tarbes. Il tire son nom du gascon horgas (=forge).

Page réalisée avec l’aide de Marianne Leleux.

Le lavoir

Au hasard des rues

La longue rue principale.

La mairie.

Horgues dispose de nombreux services, commerces, associations sportives et culturelles, ce qui en fait un village dynamique et vivant.

Le château

Situé à côté de l’église, il est de fondation médiévale (XIème), de plan carré et aurait été entourée de 4 tours. Il n'en reste plus que deux : une au Sud-Ouest, carrée, qui aurait été rajoutée au XVIIIème siècle. L'autre, au Sud Est, est ronde et serait d'origine. La façade Est date du XVème. Elle n'a subi aucune transformation. La façade Nord comporte une échauguette de briques. Il est classé aux Monuments Historiques pour les façades, la toiture (la charpente est d'origine) et le salon du 1er étage avec son décor de papier peint. Après avoir été la propriété d'Esquivat de Chavanes (Comte de Bigorre), de Raymond Garcie de Lavedan, de Gaston d'Armagnac et de leurs héritiers, il est depuis 2018 la propriété d'une famille qui accueille des mariages, des soirées privées et des réceptions.

Le moulin

C’est l’ancien moulin du château. Il a abrité un meunier puis une scierie et sert désormais de gîte.

L’église Saint-Mauront

On ne sait pas grand chose sur l'église de Horgues… En 1379, la paroisse de Horgues doit payer 60 sols au diocèse, ce qui montre qu'elle fait partie des églises du canton. D'après les historiens, elle aurait été une chapelle castrale avant de devenir une église paroissiale. En 1569, comme une centaine d'autres églises du département, elle est pillée et incendiée par les troupes protestantes. L'église que l'on peut voir aujourd'hui est de style classique (XVII-XVIIIe). Elle est dédiée à Saint Mauront qui se fête le 5 mai.

Le porche d’entrée.

Le monument aux morts.

Le kiosque près de l’église.

Belle croix de pierre à l’entrée de la rue de l’église. Elle est le don testamentaire de Feu Bernard Cazenave. On peut y lire « O crux ave spes unica », qui signifie : « Salut, ô Croix, unique espérance ». Cette expression latine est le premier verset de la sixième strophe de l’hymne Vexilla Regis, composé au VIe siècle par Venance Fortunat, évêque de Poitiers et poète chrétien.

La bascule publique

C’est une des mieux entretenues du département des Hautes-Pyrénées.

En 1910, la municipalité de Horgues, comme beaucoup d'autres, décide de construire deux lavoirs. Un, le plus grand, le long du ruisseau, en contrebas du centre commercial derrière la boulangerie. En voici la description : longueur 9 m, largeur 3.40, hauteur 2 m. Murs d'encadrement : 1 m. Dallage en schistes du sol au faite. 5 piliers en briques. Toit en ardoises, deux versants. Il a été reconstruit, en 2007, pas tout à fait à l'identique… L'autre était situé entre le cimetière et l'Adour. Il n'existe plus.


Pour en savoir plus sur Horgues, voici nos autres pages :


L’école

L’ormeau disparu

Les plus beaux lavoirs des Hautes-Pyrénées

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

Le quartier Peruscla

Marianne Leleux, nous donne ce renseignement : « Une personne de Horgues m'a raconté qu'un quartier de Horgues s'appelle PERUSCLA ce qui signifie « per un escla » (par un éclat). Dans ce quartier il y aurait eu un monastère qui aurait brûlé (d'où le nom). Dans ce quartier, un paysan remonte toujours de grosses pierres quand il laboure. Cela pourrait confirmer cette histoire. Je suis allée aux archives départementales, je n'ai rien trouvé à ce sujet. »