Caixon

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Caixon, petit village méconnu de beaucoup, frontalier avec le Béarn et à l'écart des voies de passage est un véritable havre de tranquillité. Au cœur du Val d'Adour entre Vic Bigorre et Maubourguet, il mérite vraiment le détour. A découvrir son patrimoine civil, son église baroque, son bel habitat regroupé dans de petites rues où l'eau des ruisseaux court partout et son petit patrimoine rural fort bien entretenu.

La Mairie-Ecole

au bout d'une belle allée bordée de platanes centenaires.

L'ancien moulin

Propriété privée, aujourd'hui remis en état.

La bascule publique et le lavoir

Tous deux fort bien remis en état par la commune il y a déjà quelques années. Ces éléments restent les témoins de la vie rurale d'autrefois dans le village.

L'église Sainte-Marie

L'église de style baroque présente une architecture remarquable de part l'originalité de son clocher : quatre clochetons sont surmontés d'un clocher de forme hexagonale. Le retable est une oeuvre Baroque de Marc Ferrère et l'église est visitable.

Habitations, fermes

L'habitat de Caixon est remarquable et particulier de par la similitude des maisons et des matériaux employés.

Le galet de l'Adour est un élément essentiel présent partout.

Les maisons recouvertes de tuiles creuses ont adopté un plan souvent identique et caractéristique au Val d'Adour avec un fronton triangulaire au centre et en haut des façades.

Et aussi de beaux porches et portails comme celui daté ici de 1821.

«Témoignages de pierre» : A la sortie du village vers Lamayou, l'aire de repos au bord de l'eau apporte fraîcheur et tranquilité dans un cadre verdoyant et bucolique. Un peu plus loin près de La Tuilerie on trouve à 500 mètres l'une de l'autre deux stèles commémoratives des affres de guerre. Voir nos liens ci-dessous :

Pour en savoir plus sur Caixon, voici nos autres pages :


L’école

Une autre photo du lavoir

Arbres remarquables

Plaques commémoratives

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

Jacques Longué avait comptabilisé 182 pans différents d’ardoise sur cette église, ce qui constitue une sorte de record !