Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Aureilhan

AUREILHAN est la 3ème ville du département en nombre d’habitants (après Tarbes et Lourdes). Située au nord-est de Tarbes à 307 mètres d'altitude sur la rive droite de l'Adour, la ville est irriguée par les canaux de l'Alaric et du Moulin.

La mairie

La mairie a été construite en 1825. Plus près de nous, en 1983 ce fut l’extension sud et en 2007, la commune d’Aureilhan a procédé à l’extension du bâtiment actuel.

Edifices religieux

L'église Saint-Gérin.

L’église présente une architecture du XIXème siècle : le clocher a été construit en 1837, la nef a été reconstruite et agrandie en 1842. L’église est certainement plus ancienne comme l’atteste la date de 1603 gravée sur la cuve baptismale. Saint Guérin fut un martyr à l'époque de l'invasion des Goths.

L'église Saint-Jean le Mineur

En complément de l'église paroissiale, au quartier des Castors, on trouve l'église moderne Saint-Jean le Mineur.  

Des éléments du patrimoine local

Le Héros de la Résistance

Qu'ils soient anciens et rénovés ou modernes, divers éléments implantés dans la commune montrent le dynamisme de celle-ci, mais aussi l'intérêt porté au souvenir du passé et aux besoins des  générations actuelles.

Le moulin

Ainsi, on peut voir près de l'église et à côté du monument aux morts, l'ancien moulin sur le canal du même nom…

La bascule

Une belle bascule publique ancienne bien conservée.

Le métier à ferrer

Un « métier à ferrer les animaux » édifié avec le concours du Lycée Sixte-Vignon…

Le lavoir

… tout comme l'un des deux lavoirs situés dans les rues voisines.

Centres culturels et sportifs

Entre la poste et la mairie, le Centre d'activités Jean-Jaurès joliment rénové en 2017.

Et l'espace Multisports, un beau bâtiment neuf (2013) conçu pour favoriser le développement des activités sportives de la jeunesse locale.

La villa Bédaumine

Curiosité : En 1899, le marbrier d'Aureilhan M. Bédaumine a procédé à la démolition du château comtal de TARBES. Connaisseur, M. Bédaumine réutilisa les vieilles pierres pour la construction de sa villa. Datée de 1900, elle est située 17 avenue Jean-Jaurès, presque en face de la villa Oustau.

Des bâtiments d'exception 

Source des textes : commune d’Aureilhan (site officiel)

La Tuilerie Oustau

Fondée en 1873 par M. Laurence OUSTAU, la tuilerie OUSTAU commence son activité par la fabrication de briques, tuiles et tuyaux en terre cuite. Après avoir obtenu des récompenses à des expositions industrielles, l'usine se diversifie en produisant de la céramique. Dès le début du XXème siècle, avec plus de 200 ouvriers, elle fabrique des produits répondant à un marché régional, national et international. Après la guerre, son activité se limite à la fabrication de briques et de tuiles. La tuilerie OUSTAU est la première de France à équiper ses fours au gaz naturel de Lacq en 1957. La dernière cuisson de briques intervient en avril 1970 marquant la fin de quasiment un siècle d’activité céramique à Aureilhan. Les bâtiments de l'usine, datant de la fin du XIXème siècle, abondamment décorés de briques vernissées, ont été protégés au titre des Monuments Historiques en 1994.


Les écuries

En 1911, M. Oustau acquiert un terrain à Aureilhan pour construire des écuries destinées aux chevaux de trait affectés aux transports de la terre glaise des carrières d'argile à l'usine d'Aureilhan.

La villa OUSTAU devenue L'ECLA  (Espace Culture et Loisirs d’Aureilhan)

Sur ce même terrain fut construite une imposante maison de maître...

Construite en 1912 par l'architecte Paul-Louis-Joseph Gély, cette maison de maître abritait la famille OUSTAU. Celle-ci adopte les tendances de l'Art Nouveau, avec un décor de céramique omniprésent. Ce décor offre un échantillon des productions de la Tuilerie. La ville, aujourd’hui propriétaire de cet ensemble, y a installé après l’avoir rénovée : la bibliothèque, l’école de musique ainsi qu’un auditorium de 200 places accueillant différents spectacles, manifestations et congrès,également un théâtre de verdure avec une scène de 300 mètres et un parc à l'anglaise de 18 000 mètres carrés, où l'on peut désormais se promener et y admirer une série de belles sculptures modernes.

Le Caminadour

On ne peut terminer la visite d'Aureilhan, sans aller se promener sur le Caminadour. Ce chemin, en dur stabilisé, pour piétons et vélos, long d'une douzaine de kilomètres entre Soues et Bazet le long de l'Adour, est un véritable havre de verdure dans la partie couvrant le territoire d'Aureilhan.

Pour en savoir plus sur Aureilhan, voici nos autres pages :

La tuilerie Oustau

La villa Oustau

Le pont (près de Sixte-Vignon)

La maison Noguès

Les lavoirs

La fresque du centre Jean-Jaurès, avant sa rénovation

L’arbre remarquable disparu

ECLA : les sculptures de Christian Aguirre

Petite spirale rouge

Les écoles

Le château de Tarbes, devenu villa Bédaumine à Aureilhan !

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".