Astugue

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".
wpf41bb90b.png

Astugue est une commune relativement étendue (plus de 700 hectares). Magnifiques panoramas, habitat dispersé, paysage agricole et forestier la caractérisent.

Panoramas et paysages

On a envie de dire que rien n’est plat à Astugue.  Le terrain est en effet très accidenté avec des coteaux qui, quelquefois, plongent à pic.

Notre-Dame des Foyers

Agriculture

Du coup, impossible de bâtir un bourg avec toutes les maisons au même endroit. Le cœur de village, c’est l’église, la mairie-ancienne école, plus trois ou quatre maisons autour.

De beaux paysages de montagne s’offrent à nous (ici Pic-du-Midi et Pic du Montaigu), avec toujours en premier plan la forêt.

Vue vers l’ouest.

L’église Saint-André

Eglise assez classique du XVIIIe siècle.

Portail de style roman. A droite, le Monument aux Morts.

Belle croix, à côté de l’église.

Habitat dispersé

L’habitat ancien est constitué d’ancienne granges et fermes très dispersées, quelquefois réunies en quartiers.

Une ferme « 1900 ».

L’hôpital « le Montaigu »

Ce qui surprend le plus dans une petite commune comme Astugue, c’est la présence d’un hôpital. Ancien « préventorium » construit en 1939 dans le cadre des chantiers lancés par le Front populaire pour résorber le chômage (1936). C’est aujourd’hui un établissement de soins de suite et de réadaptation, avec vue sur le Montaigu, d’où le nom.

Ce petit oratoire construit en 1958, situé non loin de l’hôpital, est fréquenté notamment par des personnes hospitalisées ou leurs familles.

Au milieu des collines très boisées, quelques terres ont été défrichées pour laisser paître les troupeaux.

Mais rien n’est plat, ce qui rend l’exploitation agricole difficile.

Le Pic du Montaigu veille sur les troupeaux.

Routes bordées d’arbres centenaires

Les belles routes champêtres, bordées de vieux arbres, bien souvent des chênes et des châtaigniers, font le bonheur des cyclistes.

Pour en savoir plus sur Astugue, voici nos autres pages :


L’ancienne école (on cherche d’anciennes photos de classe)

Astugue-Neuilh : photos anciennes

La monographie 1887 de la commune

Le camp retranché

Revenir à la page "Patrimoine des Hautes-Pyrénées".

La monographie 1887 de l’instituteur est très intéressante, on peut notamment y lire :


« Dans le patois du pays, Astugue se prononce Estuguo ou Astuguo. De même les thuyes et fougères qui y croissent en quantité, s'appellent Estugayos ou Astuguayos. Il semblerait donc qu'Astugue viendrait du nom patois de ces plantes.


D'après la tradition, Astugue avait un seigneur célèbre surtout par sa sévérité ou plutôt sa cruauté : on l'appelait le comte d'Astugue. Entr'autres privilèges, il avait celui de disposer de la mariée, la première nuit de ses noces. On raconte qu'à la suite d'une de ces cérémonies, l'époux s'étant montré peu accommodant, fut arrêté et pendu près de sa propre maison, et défense faite aux parents d'enlever le corps. Cette malheureuse victime des mœurs féodales était un nommé Péruilhou, nom qu'on donne encore à une grange près de laquelle il avait été exécuté. Autrement le lieu ordinaire de ces actes de barbarie et d'iniquité ; était un monticule appelé Castéra, de castet, château, et où se trouvaient quelques vieux chênes servant aux pendaisons. »